Ode à toi, le papa qui a eu un père absent

J’aime te regarder aller. Tu changes des couches. Tu ramasses des cacas par terre. Yep…shit happens (litteraly) durant l’entraînement à la propreté. Tu te perds dans des bisous de nez et tu te ramasses avec un filet de morve.

Bref, t’as les deux pieds dans ton rôle de paternel, pis t’es ben chill avec ça.

Mais, for some crazy reason dans ta culture ou dans ton temps c’était juste pas comme ça.

Toi, quand tu étais petit, tu n’as pas vécu ça.

ode-au-papa-tapetitesurvie

Ton papa est parti au ciel trop tôt…snif snif.

Ou il était bien vivant, mais en cavale…

Ou ton papa était chauffeur de taxi (props au chauffeur de taxi, rough job, long hours) ou complètement accro/esclave du travail. Ou il travaillait 60 heures/semaine dans une jobine so-so pis les fins de mois étaient toujours aussi pénibles.

Ou ton paternel était un coureur de jupons AWOL.

Ou encore, il était carrément pas disponible for whatever other messed up reason.

Ou bien il était toujours complètement crevé quand il rentrait tard le soir et s’endormait solide sur le sofa, avant même que tu aies le temps de monter sur ses genoux pour réclamer ton câlin du jour.

Pire encore, ton papa était physiquement présent dans la maison, mais était partout ailleurs dans sa tête.

Ouf!

Tu sors de loin bro…really

C’est pour ça que je suis carrément flabbergasted que tu te sois lancé (ou que tu te sois laisser entrainer…juste toi qui sais bro) dans cette folle aventure qu’est la paternité.

Faque j’aime te voir regarder tes minis avec les yeux rempli de fierté.

T’entendre te taper du small talk à la garderie, même quand t’en as rien à cirer de ce que l’autre maman te raconte.

Te surveiller magasiner le cadeau d’anniversaire en cachette, alors qu’on t’avait dit 15 mille fois que le cadeau était déjà acheté, pis que c’est tout ce qui rentrait dans le budget tsé #germaineforlife.

Te voir parler de ta progéniture avec fierté et raconter leur dernières prouesses.

T’apercevoir perdre patience, pis dire “là papa va se fâcher” pis rien faire pantoute parce que tu craques solide.

Te regarder du coin de l’oeil brosser des petites dents pis capoter quand vient le temps de passer la soie dentaire because tu as l’impression que tes mains sont trop immenses pour cette petite bouche.

T’admirer enlever des crottes d’yeux parce quand même il faut qu’il présente bien cet enfant qui porte ton nom de famille.

Te dévisager alors que tu défais les kits préparés la veille, histoire de mieux swagger ton trésor pour qu’il/elle matche avec toi.

Te checker de loin alors que tu te tapes les RDV chez le médecin parce que wifey a callé que c’était à ton tour d’y aller.

Capoter en te regardant devant la TV, avec la marmaille, manger des chips en laissant s’échapper mille miettes (svp ramasser après please, ça nous énerve ben raide) et en étant aussi absorbé par cette foutue Patrouille de chiens qui parlent 🙄.

M’exclamer de peur en te voyant faire mille culbutes de fou alors que le p’tit a la tête par en bas pis qu’il vient d’engloutir un du riz collé bien gras.

Rire en te voyant enjoyer ta vie de papa.

Te toiser d’aplomb alors que tu organises des concours de pets et de rots au grand désespoir de ta douce. Please stop that, it’s nasty. 

Ode à toi, parce que tu n’es pas parfait, maman non plus d’ailleurs, mais tu refuses de perpétuer ce qui t’es arrivé. Toi tu fonces dans le changement et tu t’impliques whatever the price. Tu fais des erreurs. Tu tombes pis tu te relèves. Tu bosses, tu “grind” et tu innoves. Bref, tu t’impliques dans plein d’affaires. MAIS, ta famille pis tes minis restent ta priorité number oneProps à toi! Chapeau bro!

Psst…Si tu t’es poussé, que t’as eu la chienne ou que tu sens tout simplement que tu ne peux pas donner ce que tu n’as pas reçu….sache que tes kids t’aiment pareil. Ils seront prêts quand toi tu le seras…but it ain’t gonna be easy je préfère t’avertir. Va falloir recoller ben des morceaux. But it’s possible. 

Avec amour 💜

Clin d’oeil à mon papa qui est parti au ciel trop tôt. Qui venait me donner des biscuits dans ma chambre après qu’il m’ait chicané. Humm est-ce à ce moment que j’aurais développée une dépendance aux choconneries? Bref… Lui qui, à sa manière me disait qu’il m’aimait fort fort. Mais qui lui aussi était pogné dans des stéréotypes ridicules, donc était peu impliqué, voire même plutôt en retrait. Mais, je me souviens encore de tout cet amour dans ses yeux. Bisous papa.

Advertisements

8 thoughts on “Ode à toi, le papa qui a eu un père absent

  1. suzywong says:

    Ton texte est touchant. Mon père aurait eu 81 ans s’il vivait encore, ça ne le décrit pas vraiment. Cependant, beaucoup de tes lignes représentent super bien mon chum. Un bel hommage que tu as écrit… vraiment bien !

    Like

  2. Daphné says:

    Les papas d’aujourd’hui, je pense, se permettre de prendre plus de place dans leur rôle et d’en retirer plaisir. Et ce, pour le bonheur de nos petits.
    Bon texte 🙂

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s