Survivre l’entrée à la maternelle de son enfant: CHOIX

Quelques semaines avant d’inscrire croquette à la maternelle, j’étais dans une phase de semi-deuil-choc-déni/j’veux pas/j’ai envie de me rouler par terre…Le temps a passé si vite depuis sa naissance…dans ma tête ça roulait pas ben rond. Bref, je me mourrais un peu à l’idée de l’inscrire à l’école.

J’étais for sure persuadée que de me lancer  dans la rédaction d’une série d’article en lien avec l’entrée à la maternelle serait bénéfique…turns out que NON tsé!

Cette série d’article est devenue une comme une forme de méga léger épisode de overthinking existentiels sur comment survivre à l’intégration à la maternelle de mon coco…je faisais face à une panoplie de choix/possibilités…pis je me suis mise à capoter rêvasser ben raide!

Je me posais mille et une question du type OÙ, COMMENT, QUAND, J’AURAIS DÛ etc. Bref, la totale du grattage de tête quand on est “anarvée”.

Je crois que mon état de j’veux pas/j’ai pas le choix a fait rouler le hamster de ma p’tite tête un ti peu plus vite qu’à l’habitude, parce que mon cerveau s’est mis à faire des pirouettes par en arrière et essayer de me faire vivre des remords avec la question de:

La Maternelle 4 ans: Oui si croquette ne fréquenterait pas un super CPE et/ou s’il était en milieu familial et que tous les enfants étaient plus jeunes. Je verrais la pertinence de la maternelle 4 ans. Mais là, passer d’un environnement connu, où il est super apprécié et avec des enfants de son âge avec un ratio de 1 éducatrice pour 8 enfants vs faire le grand saut dans une école avec un ratio d’une enseignante pour 20 enfants…Pfff et la réalité des lunchs, du transport, de l’adaptation à des exigences plus élevées (#letthembelittle tsé), de l’heure de la sieste écourtée (croquette fait encore des méga siestes l’après-midi, sans que cela n’affecte l’heure du coucher le soir). Tout ça? Nah on profite de la dernière année de CPE.

Et mon cerveau, pris de court avec mon raisonnement précédent, m’a sorti “you lazy indigne mom, t’aurais pû au moins l’inscrire à” :

Passe-Partout: C’est la possibilité de faire des demies-journées dans sa future école avec des petits amis du même âge et du même quartier, histoire de se préparer à ce qui s’en vient l’année prochaine. J’aime bien ce concept. Mais seul hic; il faut se libérer  des demies-journées où le transport aller-retour repose sur le parent…en tout cas dans mon coin, c’est comme ça :-/

Pis mon cerveau a renchéri avec des envies folles de vivre mon rêve:

L’École alternative: Ah soupirs, j’aurais aimé avoir eu le courage et la drive de me lancer dans une belle aventure de la sorte. Mais, la distance a beaucoup jouée. Pouvoir marcher jusqu’à sa petite école est pour moi comme tellement une belle opportunité de la vie. Je me souviens encore quand j’étais jeune et que me rendais seule à l’école (quand j’étais en 4-5ième année là). Ce sont tellement de beaux souvenirs. J’ai l’impression que les temps ont changé et que je ne me sentirai peut-être pas en confiance, mais l’idée de pouvoir prendre une marche avec fiston et sa future fratrie me donne le sourire aux lèvres.

Mais, je dois avouer que l’école alternative m’attire à cause de sa philosophie qui est plus adaptée au mode d’apprentissage des enfants (suit le rythme des enfants au lieu d’en n’imposer un, apprentissage par projet, système d’évaluation de la performance académique différente etc). Et m’impliquer dans l’école de mon garçon aurait été un réel plaisir pour moi.Si elle était tout près, je me serais battue bec et ongles pour y faire entrer fiston..hélas. Je crois qu’on va survivre la réalité de l’école publique avec ses hauts et ses bas en faisant notre part à la maison comme à l’école.

Cette question réglée, mon cerveau a fait un voyage au pays de l’argent qui coule à flot, et s’est mis à me donner des private school envy: 

L’école privée: Si j’en avais les moyens (ou plutôt si j’avais choisie de budgéter ça i.e manger du beurre de peanut pendant les 5 dernières années), c’est sûr que j’aurais au moins exploré cette avenue. I mean il doit bien y avoir des avantages de payer plus cher, non? Tout ce que je sais c’est que commencer au privé, me semble faut finir au privé itou. Comme 2 systèmes parallèles? En fait, je sais pas trop j’me suis pas vraiment renseignée là-dessus. Dans ma tête c’est clair: Je choisis d’économiser pour une école secondaire privé? Un CÉGEP éloigné (snif snif)? Des frais de scolarité d’université complètement fou malade dans tête (hehe je vise the whole shabang pour fiston on dirait)? Anyhow, je garde notre cash for now. 

Après toute cette panoplie d’émotion, j’ai dit à mon cerveau: Shut your mouth! Mon kid va aller à l’école publique de quartier sans préparation autre que “ben de l’amour” pis il va être ben correct!!!

En bout de ligne, mon anxiété est tombée une fois que j’ai arrêté de considérer l’entrée à la maternelle de fiston comme un coup de poignard. et que j’ai décidé d’embrace cette transition. C’est sûr que j’ai encore des p’tits pincements au coeur à l’idée de ma croquette avec un sac d’école pis une boite à lunch, mais je respire et je me dis “ça va ben aller”.

Pis là ma tête ma chuchotée “Ouin…mais est-il prêt?”

Grrrrrrrrr.

Me voilà repartie pour d’autres séances de réflexions trop poussées :-/

Vous, comment arrivez-vous à prendre les grandes décisions en lien avec l’entrée à la maternelle de vos cocos/cocottes?

Advertisements

6 thoughts on “Survivre l’entrée à la maternelle de son enfant: CHOIX

  1. Quatre enfants says:

    L’entrée à l’école se fera en septembre ici, et j’ai pas envie du tout :)… alors dans quelques temps, je relierai ton billet (qui m’a bien fait rire), ça m’aidera à passer le cap ! Merci

    Like

  2. thewildbeauty says:

    Merci de partager tes réflexions sur le sujet Anne! Je suis dans la même situation! Mon fils doit rentrer à l’école en septembre prochain, mais j’aimerais tellement le garder près de moi encore^^ on a visité une école publique et une école privée et aucune des deux ne me plaît… et il y a bien un projet de création d’école alternative, mais c’est très loin de chez moi 😦 la poisse, je stresse à fond, comme toi… je me dis qu’ils sont encore si petits et que les longues journées d’école vont les épuiser, ça me fait mal au coeur 😥

    Like

      • thewildbeauty says:

        Hé bien je suppose que je devrais faire comme toi, le mettre à l’école publique car c’est un budget l’école privée! Je crois que ce que l’on n’aime pas trop, c’est cette idée qu’ils ne soient plus dépendants de nous pour plein de choses! Il rentre quand à l’école ton fils?

        Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s