J’ai mal

J’ai mal.

Je ne veux pas que tu entres à l’école.

Je veux que tu retournes dans mon ventre.

Tout recommencer.

Te regarder aller devrais me réjouir, mais ça me fait mal.

J'ai_mal_Ta_Petite-Survie_blog.jpg

J’avais tellement imaginé la vie différente…

Je ne peux t’en parler…tu es si petit.

Que comprendrais-tu?

“Pourquoi, maman pleure?”

“Elle n’est pas contente de moi?”

Non, coco. Je suis contente de toi. En tout temps. En toute circonstances. Dans les  bons comme dans les mauvais jours.

Ta performance, ton comportement n’a rien à voir avec l’amour que je ressens pour toi.

Tu es mon trésor. Le bébé après lequel j’ai soupiré et qui est arrivé comme une baume sur mon cœur.

Tu es arrivé alors que je ne t’attendais plus. Alors que je pleurais à tous les 28 jours.

Tu es l’aboutissement d’un rêve.

Tu m’as re-donné confiance en la vie. Tu es la preuve des promesses de Dieu sur ma vie.

Maintenant je ne pleure plus aux 28 jours. Je ne crois plus aux mensonges. Je sais que tu seras grand frère. Je le sais.

Mais j’ai mal.

Si j’avais un p’tit bébé accroché à la mamelle, ce serait moins dur te voir grandir. Je me rabattrais sur mon rejeton.

J’aimais te regarder têter ton lait comme si c’était une source de vie.

J’aimais dormir collé avec toi.

Me retrouver collé avec ce petit bébé chaud, dépendant de moi.

Contrairement à plusieurs, j’ai aimé t’allaiter à la demande aka all the time. J’étais ton essentiel.

J’ai mal quand je réfléchis à toi avec un p’tit sac à dos face à la réalité de la vie.

Face à la méchanceté de l’homme.

Au regard qu’on portera sur toi, petit enfant noir.

À l’éternel question qui te sera posée “tu viens d’où?”. Alors que tu es né ici.

J’ai mal quand je pense à toutes les bêtises et gros mots que tu vas apprendre, because à l’école on ne contrôle plus trop ce que les enfants se disent.

J’ai mal quand tu reviendras me parler de jeux violents et de cochonneries. Parce oui tu viendras m’en parler. Parce que je t’accueillerais toujours sans jugement, sans reproches. Je t’accueillerai avec the real info. Mais, j’ai eue ton âge. I know what it is.

J’ai mal, mais je ne me laisserai pas achever.

Je prendrai soin de toi, comme on prend soin d’un poussin.

J’accepterai ton indépendance.

Ton désir de grandir.

Ton attitude de pré-ado précoce. But stay in your lane…because il y aura des lignes qu’il ne faudra pas franchir, that you know.

Je t’aime coco.

Ta maman

P.S. J’ai écrit ce billet il y a plus de 2 ans. Alors que j’inscrivais coco à la maternelle. Il est maintenant en 1ère année et sa petite soeur nous a rejoint il y a bientôt un an. C’était trop douloureux pour moi de publier ce billet back then. 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s