Quand le cododo devient inévitable

NUIT 1

Se réveiller en sursaut au timbre sonore d’un enfant en pleurs.

Constater avec horreur qu’il est 3 heures du matin.

Attendre un peu, histoire de ne pas accourir aux premiers pleurs. Tsé in case que ça passe. #wishfulthinking.

Se résigner et se lever de son lit.

Découvrir un grand de 4 ans apeuré et en larmes.

Diagnostic: Un gros cauchemar.

Consoler, rassurer, prier, abriller, flatter et hop penser que le tour est joué.

Déposer naïvement sa tête sur son oreiller …

cododo-pixabay-tapetitesurvie

Continue reading

Advertisements

Le combat!

Soyons francs, une fois que croquette a dépassé l’étape de s’endormir un peu partout, que ce soit dans la coquille/banc d’auto ou dans les bras de papa ou maman…participer à des activités sociales de groupe relève parfois d’une décision réfléchie et calculée.

empty boxing ring

Aller chez la famille, amis, restaurant ou X événement ? Pffff…can we stay home en pyjama mou? Bon…une fois que la nécessité de voir d’autres humains fait surface aussitôt, la réalisation frappe de plein fouet : Sortir=Parfois prendre la décision de skipper la sieste de mini et/ou errer dans les rues en attente que croquette s’endorme dans l’auto/poussette, allouer un 45 minutes de dodo…et arriver en retard à l’événement.  Continue reading