Quand le cododo devient inévitable

NUIT 1

Se réveiller en sursaut au timbre sonore d’un enfant en pleurs.

Constater avec horreur qu’il est 3 heures du matin.

Attendre un peu, histoire de ne pas accourir aux premiers pleurs. Tsé in case que ça passe. #wishfulthinking.

Se résigner et se lever de son lit.

Découvrir un grand de 4 ans apeuré et en larmes.

Diagnostic: Un gros cauchemar.

Consoler, rassurer, prier, abriller, flatter et hop penser que le tour est joué.

Déposer naïvement sa tête sur son oreiller …

cododo-pixabay-tapetitesurvie

Continue reading

Pourquoi j’ai repris le co-dodo (à temps partiel) ?

Confession totale : Je suis complètement crevée lorsqu’arrive le temps de mettre croquette au lit!

Voilà tout…

flashlight under cover

Petit retour en arrière : Croquette était un «mommy junkie »…plus précisément un abuseur de boules : 20 boires/jour c’était un « good day ». Bon, faut dire aussi que ma fatigue ne date pas d’hier, donc si bébé me donnait l’impression qu’il avait faim, chaud, soif, était fatigué, était malade, avait besoin de têter ou était juste cute dans son pyjama…moi je sortais une boule. Donc ouin…inutile de préciser que le cododo sécuritaire et moi…we go way back ; Croquette tenait à maintenir sa moyenne de minimum 20 boires/jour donc si cela incluait faire de l’overtime la nuit, il était toujours dispo! Continue reading